Les histoires franco-serbes

Nikola, programmeur habitant à Paris, a créé en français un site de réservation de logement en Serbie

juin 7, 2020

Enfant, il traversait la Serbie lors des excursions scolaires ou vacances d’hiver. Après avoir déménagé de Velika Plana à Paris avec sa famille, il visitait son pays natal une fois par an, pendant les vacances.

Il explique que ce sont ces voyages qui lui ont permis de découvrir le plus de beautés de son pays.

Nikola Milošević (24) habite actuellement en France, travaille comme programmeur et souhaite soutenir le tourisme en Serbie avec son projet, en dévoilant les charmes de la Serbie aux étrangers et leurs hôtes.

Son site nommé Turistiko permet aux touristes de trouver et réserver leur logement en anglais, français ou serbe, et aide les hôtes de Serbie à leur présenter l’offre touristique.

Nikola vise à ainsi populariser la Serbie en Europe, et faciliter le séjour des touristes par le biais de cette plateforme.

« J’ai eu l’idée de créer ce site pendant que je travaillais sur une plateforme des investissements immobiliers. Grâce aux analyses tous les cinq mois, j’ai remarqué qu’il y a une considerable place pour le développement du secteur touristique en Serbie, alors qu’il n’y a aucune chaîne de vente fiable. Les géants comme Booking ou AirBNB n’ont pas d’intention de se concentrer sur les petits marchés tel que le marché serbe », précise Nikola pour Mes voyages franco-serbes.

Nikola est le fondateur du site et il collabore avec des free lanceurs serbes et internationaux travaillant dans les domaines de design, développement, publicités et autres services. Son équipe compte des personnes proches qui croient que ce projet apportera des innovations.

« Comme je suis un grand amateur de la nature,  j’ai surtout voyagé dans les montagnes. Il s’agissait surtout des sorties à Maljen, la première montagne que j’ai découverte, qui reste ma montagne préférée. »

« Les jeunes en France ne sont pas familiers avec la Serbie et notre histoire, mais sont fascinés dès que je leur montre des photos. Ceux qui connaissent notre culture sont impressionnés par notre peuple, notre intelligence et amabilité. »

« Les Français adorent la campagne, c’est pourquoi je leur montre surtout des photos des villages comme Zaovina ou Tršić », raconte Nikola en ajoutant que ses amis français évoquent souvent Novak Đoković et connaissent ses blagues.

Ce jeune programmeur habite en France depuis 10 ans.

Il explique qu’au début, il avait du mal à quitter sa région natale et déménager dans un pays où il ne connaissait personne. En Serbie, il suivait des cours particuliers de français, mais selon lui, suite à son arrivée à Paris, il lui semblait que son savoir a disparu instantanément.

« Les premiers cinq ans étaient difficiles, je n’arrivais pas à m’intégrer jusqu’à ce que je n’ai décidé d’accepter mon nouvel entourage et en faire partie. Dès l’âge de 14 ans, je programme, ce qui m’a beaucoup aidé à affronter le changement d’entourage et de mon mode de vie. Deux ans plus tard, j’ai lancé mon premier site sur les BDs, qui m’a permis de faire du progrès et gagner de l’argent grâce aux publicités Google adsense. »

Nikola à Sainte Marie de la Mer, dans le Sud de la France. La photo a été prise sur des rochers penchés dans la mer, ce qui a créé l’illusion que la mer est aussi penchée.

Son site Turistiko fonctionne pour l’instant comme une présentation des chambres d’hôte, mais on s’attend bientôt à la possibilité de faire des réservations en ligne.

Le site a été créé pour tous ceux qui offrent un logement, des maisons, des chambres d’hôte, en Serbie et dans le monde entier.

Le site de Nikola est le seule site en français de ce genre en Serbie.

« Pour l’instant, le site est accessible en trois langues (serbe, anglais et français). Il sera bientôt disponible en grec et turc. À part les réservations, les visiteurs pourront découvrir des lieux insolites », Nikola nous assure-t-il.

Encore adolescent, Nikola suivait des cours d’informatique sur Skype, assurés par un professeur de Velika Plana. C’était un cadeau d’anniversaire offert par son oncle qui savait que son neveu voulait devenir programmeur.

Avec son oncle, Nikola gère un groupe Facebook dédié à la location du logement.

Nikola dans un parc parisien

« Avec le temps qui passait, je me suis concentré sur les sites web, et j’ai ensuite commencé à accepter des petits jobs sur UpWork. J’ai fini par fonder une agence informatique qui offrait des services aux entreprises et particuliers. En ce moment, je travaille dans un start up à Paris et je développe ce projet en parallèle. J’ai fait mes études en robotique, mais je les ai quittées après avoir réalisé que je connaissait déjà mon travail assez bien. J’ai un brevet de technicien supérieur – services informatiques aux organisations », précise Nikola.

Il n’a que de meilleurs souvenirs de la Serbie, surtout des souvenirs d’enfance qu’il ne changerait jamais.

« J’avais l’occasion de grandir dans un pays libre, où chaque saison se distinguait. Le printemps me rappelle la période où j’allais avec mon grand-père dans les vignobles de Velika Plana, d’où on voyait la ville entière. Il y a là une soixantaine d’arbres fruitiers différents dont on peignait les troncschaque printemps. »

Les grand-parents de Nikola habitent à Velika Plana et s’occupent de la maison, des jardins et animaux. Ils viennent en France une fois par an, et Nikola leur rend visite au moins une fois par an aussi.

« Quand je viens chez eux, je me rend d’abord dans la maison et le jardin pour voir si quelque chose a changé. Enfant, je grimpais les arbres dans notre jardin. Rien ne me ferait autant de plaisirque de grimper un prunier ou cerisier et manger des prunes et cerises la-haut. Dans une certaine mesure, on a réussi à transférer cet esprit ici aussi. On habite dans la banlieue de Paris, dans une maison avec un beau jardin et un potager où ma mère cultive des petits pois, poivrons, tomates, courgettes, etc. Tous les amis nous ont dit qu’on ressent un esprit de Serbie dans notre maison. »

Ce qui motive Nikola dans son projet de Turistiko, c’est le désir d’apporter des changements en Serbie — « dans un pays magnifique avec un grand potentiel de développer tous les secteurs, pas juste le tourisme. »

« J’ai collaboré sur plusieurs projets, mais aucun ne m’inspirait que celui-là. Ce n’est que quand l’objectif de votre projet est aussi l’un de vos objectifs personnels, que vous aurez le vrai désir et l’énergie de s’y consacrer à long-terme », explique Nikola et invite nos lecteurs à visiter son site et réserver un logement en Serbie en cliquant sur ce lien.

Texte: Nenad Blagojević www.mesvoyagesfrancoserbes.rs (diffusion autorisée à condition de partager le lien vers le site www.mesvoyagesfrancoserbes.rs)

Photographies: Turistiko

Traduit du serbe par Jovana Milovanović

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply